Menu vente en ligne

Tag Archives | Presse

La presse parle de Molusk dans des interview, des articles dans les journaux, des vidéos et des émissions de radio sur les créations de bijoux fantaisie en plastique fondu et argent

Molusk dans PVC Today : Outstanding Innovation

Suite à notre prix en novembre dernier, nous avons encore eu une petite parution dans un magazine spécialisé :

PVC Today - Hiver 2010 - Couverture

Bracelets, earrings and necklaces: Jewellery made of PVC is inspired by the ocean and is extremely creative.
Little wonder that the Creative Design SolVin Award 2010 went to Molusk of Paris.

PVC Today - Hiver 2010 - Article sur Molusk
Voir en plus grand

Outstanding Innovation
In January 2010 the European vinyl manufacturer SolVin inaugurated its fourth annual ‘Award for PVC Innovation’. The winners of the competition were announced on October 28th at the K2010 International Plastics Trade Fair in Düsseldorf, Germany. Five prizes totalling €100,000 were awarded for the best projects in terms of Innovation (with gold, silver and bronze divisions), Creative Design, and Recycling.

A record 141 projects were submitted from companies throughout the entire vinyl supply chain, 40% more than in the previous year. This can-do response attests to the vitality of the European vinyl industry and its capacity for innovation and creativity in new applications and products. Contributing to Sustainable Development The independent jury, composed of five prominent industry members, nominated 23 projects in the three categories. The winning projects included improved window insulation, natural fibre-composites, bio-based additives, super energy-efficient piping systems, and enhanced, integrated materials recycling. During the awards ceremony for the five winners, the jury honoured innovations highlighting the important contribution of vinyl to sustainable development, which incorporate ecological efficiency, creative design, and improvements to the quality of life.

0

« PVC Bling ! » : Molusk à la une des magazines WAVE

Wave n°20 - Couverture

Scuba-inspired PVC jewelry started in the kitchen

Molusk is an innovative PVC-made jewelry brand, inspired by the undersea world, literally cooked up in a kitchen by two fashion school graduates.

Lucille Saliou and Anthony Masure, from the Ecole Duperré in Paris, have already earned numerous coveted awards and participated in fashion shows, fairs and exhibitions with their unique kind of bling.

« My design partner Lucille has been a qualified scuba diving teacher for several years, so her passion for the sea inspired the shapes in the jewellry, » says Anthony Masure.

« As students, we didn’t have any money or space so we started working over the oven in our kitchen. After about 6 months, the Paris council offered us some workshop space at the Atelier de Paris near the Bastille which is where our work could expand. »

After designing the motifs on a touch screen, the transparent PVC panels are screen-printed or hot gilded to produce the metallic colours. The decorated sheets are then cut by hand or using a punch or laser. Once the various elements have been assembled, they are hot welded to create a molten appearance.

This melted jewelry moulds to the shape of the body – as a shell does to a mollusk – and is so light the wearer is scarcely conscious of it. The quality of the jewel will not be affected by water, so there’s no need to take off your bracelets when washing your hands.

Moreover, skin irritations due to PVC are extremely rare, which is not the case for jewels made of metals, not to mention the incredible durability of the products. The designers behind Molusk jewelry have been able to create a product that is not fragile, yet it remains very sophisticated.

« Molusk, because it is soft and inspired by the sea, because it is engaMoluskging and amusing, » says Masure. « The originality of our creations comes from the innovative use of techniques for shaping PVC, not used in the jewelry field ».

« Our work involves first applying these to the plastic: by transforming the raw appearance of the PVC, we obtained sophisticated textures which change the public’s view of a material usually seen as down-market and harmful to the environment », says Masure. « We intend to continue to upgrade PVC by using more recycled and recyclable materials. »

« Our success leads us to think about producing our jewelry on a more industrial scale, while still maintaining our requirement for handmade quality, » he says.

Masure says they never finish creating. Most of their jewels are flat but they are already experimenting with three-dimensional textures, folding the plastic, using high frequency welding and thermoforming.

« We want to keep innovating and continue experimenting in order to come out with even more surprising and exciting products. Not only jewelry but also bags, furniture, lamps and much more, » he says. They’ll soon need a bigger kitchen.

Wave n°20 - Objets


Nous avons également eu un article dans le magazine papier Wave (semestriel), édition de décembre 2010, où Lucille est interviewée.
Cette parution est disponible en 6 langues !

Wave Magazine n°20 - Interview Molusk

Faire des bijoux avec du PVC, il ne suffisait pas d’y penser : il fallait aussi le faire. C’est l’exploit accompli par Molusk, une jeune structure de deux stylistes qui ne manquent pas d’ambition. Molusk achète du PVC brut en rouleaux transparents. Pour obtenir une plus grande variété de teintes, des dorures et des effets métallisés, les designers utilisent de la feuille d’aluminium qui s’ajoute à la sérigraphie opérée sur le PVC. Ce faisant, Molusk recrée un matériau de base entièrement original. Vient ensuite la phase de découpe effectuée soirt par emporte-pièce, soit numériquement pour les formes complexes. Une fois les morceaux découpés, ils sont assemblés à la main puis soudés à chaud pour former le bijou. En matière de développement durable, le jury a constaté que les bijoux en PVC ne provoquaient pas d’allergies, contrairement à de nombreux métaux, qu’ils avaient une durée de vie extrêmement longue et que le processus de fabrication était respectueux de l’environnement.

Lucille Saliou, venue chercher le prix à Düsseldorf, reconnaît bien volontiers qu’il reste des efforts à faire : «Pour l’instant, notre matière de base n’est pas recyclée, mais c’est vrai qu’on me demande souvent si c’est le cas. Bien que nous ayons fait des recherches avec du PVC recyclé, nous n’avons pas encore trouvé le matériau adéquat. Je suis cependant convaincue que c’est à nous d’adapter la conception du bijou en fonction d’un matériau de base. Nous essayons aussi de minimiser les chutes en utilisant les contre-formes, et nous faisons travailler des sous-traitants locaux.»

Wave : Votre gamme est-elle déjà commercialisée ou encore en phase de recherche ?
Lucille Saliou : Les deux, car nous continuons à améliorer nos techniques. Au tout début, nous travaillions uniquement à la main, puis nous avons fait sous-traiter des étapes de fabrication. notamment pour les motifs et la découpe. Nous aimerions pouvoir automatiser une part plus importante de notre production, et nos expérimentations actuelles portent là-dessus.

Wave : Pensez-vous que les contingences environnementales puissent influencer positivement l’esthétique du produit ?
Lucille Saliou : De nombreux designers développent leurs produits en expérimentant en fonction d’un matériau de base donné ; le produit peut ainsi naître d’une rencontre entre une idée et un matériau. Nous ne pourrons peut-être pas utiliser les matières recyclées pour reproduire nos modèles existants, mais ils pourraient donner lieu à des nouveaux produits. C’est pour cela que nous faisons un important travail de veille sur Internet, ou lors de salons spécialisés, afin de tester de nouvelles ressources. j’assiste à de nombreux salons où l’on rencontre les fabricants de cuirs synthétiques ou d’autres produits, que l’on peut alors tester. Rester informé des dernières tendances est indispensable à notre activité.


Solvin Newsletter

Sources :

0

Une belle page dans Plastiques et Caoutchoucs magazine

Molusk-Plastiques-Caoutchoucs-Magazine-500px
>> Voir l’article en plus grand

Baptisée Molusk, cette marque de bijoux s’inspire du monde aquatique. Lucille Saliou, la créatrice, est une passionnée de plongée sous-marine, loisir qui a inspiré ces formes ondulantes d’algues. Les fleurs, les colliers et les bracelets sont en polychlorure de vinyle (PVC). D’abord conçus sur ordinateur, ses produits sont imprimés par sérigraphie sur des feuilles en PVC qui sont ensuite dorées à chaud, puis découpées numériquement. La trouvaille de Lucille Saliou : un système d’attache aimanté, qui permet de fermer d’une seule main un collier ou un bracelet. La marque propose aussi des boucles d’oreilles, des bagues et des fleurs artificielles.

En octobre 2010, Lucille Saliou a reçu, en marge du salon Kunststoffe, à Düsseldorf, en Allemagne, le prix du design à l’occasion des SolVin Awards. Elle a créé sa société, Molusk, en 2006, avec Anthony Masure. Auparavant, elle avait exercé ses talents chez Trèves, un bureau de création pour l’industrie automobile, où elle avait en charge la conception textile d’intérieurs de voitures.

Source : Magazine Plastiques & Caoutchoucs n°882
Janvier-Février 2011

Un article de Karim Boudehane (merci !)

0

Un article sur Molusk… en brésilien !

Vignette-2011-Fevrier-Site-Design-PVC

O nome Molusk foi dado porque as jóias são suaves e inspiradas no mundo aquático.
Molusk é uma descoberta tátil:

Estes modelos flexíveis se adaptam à forma do corpo como uma tatuagem e essa ideia se intensifica por sua leveza. A matéria-prima é um PVC transparente que, quando coloridos, é totalmente transformado.
Anthony Masure e Lucille Saliou criaram a Molusk após muitos estudos com intuito de inovar e inventar os seus próprios produtos.
O Molusk já exibiu suas criações em Montreal, no Carrousel duLouvre, e em outras feiras públicas.

Vinte lojas na França e no Mundo distribuem suas jóias. Recentemente, elas também passaram a ser vendidas online.
Molusk recebeu vários prêmios, como o Relève d’Ateliers d’Art de France. TV Artisanat, Ouest France e Tous Montreuil.

A lire sur pvcdesign.org.br

1

Molusk dans Plongeur Magazine !

Plongeur Magazine n°3, Août/Septembre/Octobre 2010
Merci à Carole Matinaud !

Plongeur Magazine n°3 / 2010

Chair de poulpe

Un coin de calanques tremblant de soleil sous les pins. L’eau verte et bleue au gré des transparences… La grotte Cosquer est à un jet de pierre. De mémoire d’homme, le niveau de la mer était ici 150m plus bas… Nous n’irons pas si loin : juste une petite ballade en apnée… Mon fils Léo désescalade le rocher resplendissant et met un pied dans l’eau. Je le vois ressurgir comme un diable : « une pieuvre ! Elle m’attaque ! » Nous venions de boucler l’article sur les requins de Méditerranée… J’approche. Rien. Me mets à l’eau avec la condescendance de l’homme mûr, souriant de la capacité d’affabulation des ados… Quand je sens à mon tour une poigne visqueuse escalader mon mollet ! Un petit poulpe, que j’ai toutes les peines du monde à décrocher. Les vaches-hamburger ont-elles tant pété au delà des quotas de méthane que la mer gavée d’effet de serre monte si vite ? Au point que les poulpes (qui n’ont pas quatre bras) anticipent ? Un Déluge à l’envers ? Ou la mer est elle tellement chargée en polluants que le poulpe mutant préfère sortir de l’eau pour s’empoisonner à l’air libre ? L’Homme, cause de toutes les misères de la nature… Sûr ? C’est alors que je remarque crucifié sur la roche blanche en plein soleil, un autre petit poulpe. Desséché après une longue agonie. Vision somme toute assez terrifiante : le Christ des pieuvres. Cruauté et ignorance ordinaire d’estivants prépubères, pauvres pêcheurs… Se pourrait-il que le poulpe vivant brave l’anoxie pour rejoindre le mort ? Qu’il ait pris nos jambes pour les Champs Elysées ? Sommes nous certains d’avoir l’exclusivité du sentiment ? Anthropomorphisme… Encore. Toujours… Que ne ferait-on pas avec des mots, une plume plongée dans l’encre de poulpe ? Fort de notre abus de position médiatique dominante, je pourrais vous faire avaler n’importe quoi. Vous démontrer tout et son contraire. Il faut se méfier de la pensée unique qui ne domine que le temps qu’on constate son obsolescence…

A plongeur.com on n’essaye pas de vous faire prendre des vessies pour des lanternes. Un « parlé vrai » que vous semblez apprécier, toujours plus nombreux. Pourquoi avons nous croisé la route d’un poulpe grimpeur ? Je ne sais pas. Mais nous nous en sommes émerveillés. C’est ça l’important. Gardez les yeux ouverts et… Bonnes plongées

1

« Des bijoux en… plastique ! » : double parution dans le Journal de Québec

Merci à Denise Martel pour ses deux articles dans le principal quotidien de la ville de Québec !

Journal de Québec - 7 août 2010
Photo : Simon Clark

Journal de Québec - 8 août 2010

Des bijoux en… plastique !

(DM) Alliant créativité, fraicheur et tendance très mode, Molusk devrait, à sa première présence à Québec, faire un malheur d’ici à la cloture de Plein Art, le 15 août.
Créée par Lucille Saliou à Paris, il y a trois ans et demi, Molusk offre des bijoux en… plastique ! Mais pas n’importe lequel. Rien à voir avec les bébelles qu’on retrouve dans les distributrices. Colorés, tout en étant élégants, les bijoux de Molusk sont originaux, très légers, et hypers résistants.
« Les motifs sont inspirés de l’univers sous-marin et créés par ordinateur. Comme je suis monitrice de plongée sous-marine, j’ai eu envie de reproduire un peu de ce qu’on peut découvrir dans le monde aquatique, comme les algues, les coraux, les poissons… », dit la jeune Française, précisant qu’elle et son copain espèrent d’ailleurs pouvoir aller faire de la plongée en Gaspésie, après Plein Art.

Résistants

Les motifs sont d’abord imprimés en sérigraphie, insérés dans une fiche couche de dorure, puis vernis popur augmenter la résistance. Ils sont finalement découpés à l’emporte-pièce ou au laser pour les formes les plus sophistiquées, explique grosso modo la créatrice.
« C’est la superposition de dorure et de sérigraphie qui créé la couleur et les formes simples et délicates. Les endroits les plus sensibles sont renforcés et tous les fermoirs sont en argent. On ne peut pas les déchirer à moins d’utiliser des ciseaux », précise l’artisane-plongeuse.

Source : Le Journal de Québec, édition du dimanche 8 août 2010
Un article de Denise Martel

0